Nous avons semé,
Et toute bonne graine honore le semeur.

Comment devient-on voyant ?

voyance

« Comment peut-on être Persan ? » s’étonnait Montesquieu, en 1721, et l'on se demande aujourd’hui : « Comment peut-on être médium ou clairvoyant ? »
Autant dire : « Comment deviens-on médium clairvoyant et acquiert-on le « sixième sens » ? N’étant pas clairvoyant est-il possible de le devenir ? Si on l’est, comment se perfectionner, faire s’épanouir le don merveilleux ? »

Et bien ! répondons que pour tout « extralucide » – comme pour toutes les classes de médiums – le point de départ varie. Ils n’ont que ceci en commun : ils ne sont pas médiums parce qu’ils l’ont voulu. Leur aptitude fut spontanée. On a dit qu’elle reste ce qu’elle fut à l’origine, sans progresser, jusqu’à s’atrophier et à périr. Je suis, je crois, placé pour assurer qu’avec l’exercice la médiumnité clairvoyante – et vraisemblablement les autres – devient plus forte, plus active, plus exacte, mais elle ne doit alors son progrès qu’à elle-même, à sa stimulation secrète, sans que n’y ajoute rien, chez le « sujet », telles présumées méthodes de culture, telle observation de procédés, de lois supposées, par lesquelles il se flatterait de devenir meilleur dans son « art » et de mieux faire.
Je ne pense pas qu’il y ait, actuellement, aucune règle pratique, ni pour faire naître la voyance ni pour exalter ses vertus. A plus forte raison, je n’accorde aucun crédit au « professeur de Clairvoyance ». Pour enseigner, il faudrait qu’il eût une pédagogie définie et qu’elle s’appliquât à tous les autres, à tous les tempéraments. Or, aucune médiumnité ne peut se superposer à une autre et les modes opératoires de chaque voyant sont autant de cas particuliers, expressions d’un mécanisme général, encore inconnu. Leurs « horlogeries psychiques » ne sortent jamais de la même fabrique. Vouloir éduquer un médium, c’est risquer de casser tous ses ressorts.

La Voyance peut être congénitale, même héréditaire. Il se pourrait même qu’elle fût congénitale dans tous les cas, mais, faute d’une occasion, d’une provocation, il advient qu’elle ne se déclenche jamais. Physiologiquement, les moments favorables à sa « mise en marche » sont la puberté, la ménopause. D’autres raisons l’éveillent brusquement : une secousse morale, une blessure, un spectacle effrayant, une intervention chirurgicale et aussi une « contagion mentale » (possédés, convulsionnaires, mesmériens, spirites). Si les fameux cercles d’initiation de l’antiquité ont produit des « interprètes de sagesse cachée », ces divers « chocs » y ont dû être utilisés par les maîtres.

la voyance

Témoignage d'un médium spirite.